•     

     

      

     

      


    1 commentaire
  •     



    Le point commun entre La Clé sur la Porte et Le Pull-over Rouge?

    Roger Ibáñez.

    Et ce soir, voilà que je le croise encore dans Maigret en Meublé. Jamais ailleurs (peut-être Le Pari?) et là 3 fois dans la même semaine. Il est né en 31 et mort en 2005. 


    Je cherche en vain la musique de Sarde depuis la Clé sur la porte. C'est agréable de regarder un film que je n'ai encore jamais vu avec Patrick Dewaere. Il est toujours aussi beau, toujours aussi aimable, et en plus il met un coup de poing. C'était étrange de voir ce film avec Annie Girardot en prof, je n'arrêtais pas à repenser à Mourir d'Aimer où elle joue aussi une prof libérale. Les deux films se croisaient dans mâ tête. 

    Je pense que j'ai manqué le point (mais comment dit-on ça en français) de Suzanne, même si les interprétation des meufs étaient terribles (toutes, même celle qui joue l'avocate), et que la décoratrice s'est éclatée, grosse nostalgie sur certaines images.

    J'ai pleuré plendant tout Le Pull Over Rouge, comme si je connaissais pas l'histoire, comme si quelque chose allait forcément arriver, et qu'on allait pas lui couper la tête à la fin. 

     

    Le reste c'était du comfort movie 



    Depuis je regarde tous les Maigrets (et les Downton) alors ça prend du temps.


    votre commentaire
  • A chaque fois que je sens ce thé je pense à toi, mais pas quand je le bois. 


    votre commentaire
  •    

     

     

     

    Evidemment (les "gros" films dont tu entends du bien pendant 150 ans, et que ELLE qualifie de film de l'année, c'était forcément une mauvaise idée) (un film qui passe à L'UTOPOLIS!) Gone Girl était mouaif. Trop long d'une heure, trop vaseux de la fin. Je n'avais pas vu Rosamund Pike depuis sa jolie gnangnanterie de l'Orgueil & Préjugés de Wright, c'était agréable.

     

    La Bataille de Solférino aussi était trop long, sur la fin, ce film aurait très bien pu s'arrêter quand la fille rentre chez elle. J'ai adoré l'horreur banale de ces gens qui font des gosses entre abrutis.

     

    Les gazelles, une bonne surprise, je l'avais téléchargé comme "film-nul-à-regarder-par-tranches-de-20-minutes-au-bain" et en fait il était loin des clichés promis par la bande-annonce, la séquence "on est pas féministes" aurait pu être virée et le film aurait été terrible.

     

    Moi, fleur bleue, un ovni (fichier d'un rip de VHS avec des petites bandes qui traversent verticalement l'écran de temps en temps), mais le couple Bernard Giraudeau/Jodie Foster = . C'est absurde, mauvais, mal joué, mais chaque apparition de Jodie dans son français est impeccable.


    1 commentaire
  •     

     

    J'ai trouvé P'tit Quinquin exceptionnel, tellement que je lui pardonnerais presque sa fin en queue de poisson. Ca va être difficile de regarder autre chose.

    "L'année prochaine si tout va bien" m'a plongée dans une nostalgie sans fin, principalement à cause des habits de Marie-Anne Chazel, qui sont sûrement exactement les même que ceux de ma mère sur toutes les photos de l'album d'avant ma naissance.
    J'aimerais aller en 1981.

    Ps: je n'ai toujours pas regardé Tonnerre, je le garde sous le coude comme la dernière amarre de ce qui sera bien dans ce monde, alors on va repousser encore un peu, jusque là.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique