• Perpignan

    Cette année, j'avais décidé de ne pas me faire niquer, je serais à Perpignan en même temps que Visa pour l'Image

     

    Ca faisait plusieurs fois que je partais toujours la veille du début du festival et c'était frustrant.

     

    Les expos sont inégales, j'en ai trouvé plusieurs très intéressantes, même Erika Larsen et ses Rennes, qui te donnent envie d'aller vivre en Norvège, quitte à avoir froid autant que ce soit beau.

     

    Toutes sont gratuites ce qui permet d'en enchaîner sans regrets.

    Pas mal de photos sont dérangeantes à regarder, mais pour beaucoup ça semble tellement intentionnel cette volonté de choquer le bobo que ça en perd un peu de crédibilité.

     

    Perpignan, c'est toujours aussi chouette, antichambre de la Catalogne, je laisse chanter Balbino, que j'aimerais bien qu'il me fasse des choses dans tous les sens.

     

     

     

    Dansons la carmagnole 

     

    Untitled Untitled Le chien de la langue Perpignan L'erreur est urbaine Réservé


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :