• Narrow streets of cobblestone

     

     

     

     

     

    Le sublime de ce plan, c’est la quantité de malheur qu’il promet.

     

    Tout semble dire « et maintenant ? », les yeux de Katharine Ross, les commissures tombantes de Dustin Hoffman, les secousses du bus, la route qui se déroule.

     

    Quand j’étais au collège, une fois par semaine on pouvait apporter la cassette vidéo d’un film qu’on aimait pour le montrer à la classe et en discuter après. La classe s’était opposée à mon Graduate parce que « pfff ça a l’air trop bête ». La prof elle n'avait pourtant pas refusé rapport au sujet quand même un peu olé olé pour des gosses de douze ans, peut-être qu’elle ne connaissait le film non plus, va savoir.

     

    On avait regardé Le Flic de Beverly Hills à la place, une cassette qu’avait apportée Amandine Kavinsky qui avait des cheveux longs et blonds et à qui les garçons faisaient la bise.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :