• La douce

     

     

    Je scrute les images apaisantes de la fiche Ordimini n°73, que j’ai vues tant de fois avant, il y a longtemps ; comme si j’attendais qu’elles m’absorbent et que nous retournions alors ensemble dans des temps cléments (ces années où nous pouvions avoir gratos tous les sacs plastique que nous voulions à la caisse de Carrefour Portet). Je pourrais les fixer pour toujours et vivre dans un spasme doucement diffus de nostalgie mais il faut bien faire d’autres choses, remplir le frigo, prendre le bus, se coiffer.

     

    20 ans plus tôt

     

    Dehors les platanes nus sont dans le brouillard. Ce noël-là, je me sens maussade, parce que je crois avoir compris que ma mère n’a pas d’argent, je suis triste du sweat et du radiocassette qu’elle m’a offert. Non pas parce que je ne les aime pas et que peut-être bien j’aurais préféré la cuisine des Playmobils Belle-Epoque, mais parce que je me dis que ça a du coûter de l’argent, je me demande ce que mes sœurs ont eu comme cadeau cette année où on n’a pas vraiment fêté noël parce qu’elles étaient « chez des copines », je me dis qu’elles ont peut-être renoncé à leur cadeau pour moi et c’est cela qui me rend triste. Le violet symptomatique 80’ de ce sweatshirt-là aura toujours des ombres de ma culpabilité inavouée.

     

     


    ordimini 0092.jpg_effected


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :